À venir en juin 2017 ! 

Le TDP vous offre une série d’ateliers de formation pour les enseignants portant sur divers aspects de la pratique théâtrale. Ces ateliers d’exploration vous permettront d’approfondir vos connaissances et de les mettre en pratique dans le cadre de projets scolaires. 

* En cas d’annulation : L’annulation d’une inscription doit être signifiée par écrit au Théâtre Denise-Pelletier, par lettre, télécopie ou courriel, 30 jours ouvrables avant la tenue de la formation. Des frais d’administration de 30 $ seront exigés. Après cette période, il n’y aura aucun remboursement.

  • Choeur, clown et masques

    De manière générale, cet atelier s’interroge sur l’art d’être acteur. Le travail sera ancré dans l’exploration du jeu masqué et du jeu clownesque, qui portent l’acteur vers une véritable dimension théâtrale. Comment masquer son corps, masquer sa voix, afin de révéler non pas une caricature mais un personnage à part entière, doté de passions qui le font vivre, de souvenirs qui le hantent?  Nourri de l’écriture de Shakespeare, l’atelier tâchera de voir comment ces grands types humains s’inscrivent dans le monde tel que nous le connaissons, faisant ainsi apparaître les lois qui régissent ces créatures extra-ordinaires  en révélant, par ricochet, souvent de façon foudroyante, la beauté et la terreur enfouies dans l’univers  plus ordinaire  de nos vies. 

    « Les masques sont le symbole majeur du théâtre : la théâtralité, la révélation, la transformation, l’extraordinaire, la fusion entre la réalité et le rêve. (…) Les masques nous éloignent du réalisme mais ils nous rapprochent de la réalité. » - Omar Porras 

    Un maximum de 12 participants par journée de formation.

    Réserver

    Crédit: Alex Maltais

    Louis Fortier

    Après ses débuts au Théâtre de l’Université de Montréal, Louis Fortier poursuit sa formation sous la direction des plus grands, de Jacques Lecoq à Mario Gonzalez, à l’Académie des sciences scéniques de Bosnie, à l’École internationale de théâtre Jacques-Lecoq et au Conservatoire National Supérieur d’art dramatique de Paris. Son parcours artistique l’a amené à explorer l’universalité des jeux clownesque et masqué, sur fonds de tragédie contemporaine et l’œuvre de Shakespeare en jouant et proposant des stages en France, en Angleterre, en Bosnie, en Bulgarie, en Colombie, en Corée du Sud, en Hongrie, en Iran, en Italie, au Japon, en Roumanie et en Suisse, et plus récemment au Québec, à l’École nationale de théâtre du Canada.

    Avec Sophie Brech, sa compagne et complice, il fonde à Paris la compagnie Théâtre Fools and Feathers. Ensemble, ils créent, notamment, le primé Destin tragi-comique de Tubby and Nottubby qu’ils tournent, avec succès, en France et au Québec (dont à la SFB du Théâtre Denise-Pelletier) et au Canada anglais en plus de jouer, en Colombie, en Turquie et à Kaboul, en 2013, sur invitation de diverses ambassades européennes en Afghanistan.

    Sophie Brech et Louis Fortier se sont aussi associés, comme acteurs et metteurs en scène, aux créations récentes de plusieurs autres compagnies, notamment celles du Teatro Malandro (Suisse) où ils font connaissance avec le metteur en scène Omar Porras, avec qui ils collaboreront sur une création japonaise de Roméo et Juliette avec les acteurs de la troupe de Satoshi Miyagi. En 2012, Louis se joint à Robert Lepage en tant que coauteur et acteur du second volet de la tétralogie Jeu de cartes : Cœur (Projet Ex-Machina).

    Louis Fortier nous revient avec l’atelier sur le jeu clownesque sur thèmes shakespeariens qu’il avait donné, à l’automne 2011, accompagné de sa complice Sophie Brech.

    • novembre

      • mer 15
      • ven 17
      • mer 22
  • Atelier sur la projection vocale

    Atelier en deux blocs, favorisant une compréhension et une application des notions et des techniques de la voix et de la respiration, en vue d’un meilleur contrôle vocal lors du processus de projection vocale.

    1er bloc (théorie) : Apprentissage des techniques vocales et identification des problèmes rencontrés lors de la projection vocale (sources de stress), afin d’être en mesure d’en assurer le contrôle et ainsi d’en élaborer une stratégie de gestion du stress dans l’application des techniques vocales.

    2ème bloc (pratique) : Sous forme d’entraînement, pratique de différents exercices favorisant la projection vocale tout en réduisant les tensions physiques qui entourent le travail vocal;

    - Détendre les  mécanismes musculaires et respiratoires;
    - Bonifier la structure et  le maintien corporel au profit d’une meilleure gestion du souffle;
    - Développer le mouvement respiratoire (appui diaphragmatique);
    - Optimiser les procédés vocaux lors des jeux de voix (récitation de textes choisis, chant, etc.)

    Un maximum de 12 participants par journée de formation.

    Réserver

    Crédit: Daphné Caron

    Luc Bourgeois

    Depuis sa sortie de l’Option-Théâtre du Collège Lionel-Groulx en 1993, Luc Bourgeois a joué dans plus de 55 productions théâtrales sur les plus grandes scènes du Québec. On a pu le voir récemment dans La Cantatrice chauve présentée cet hiver au Théâtre du Rideau-Vert et plus récemment, dans Harold et Maude au Théâtre Jean-Duceppe. Au petit écran, il a cumulé les rôles tant dans les émissions jeunesse que grand public. Depuis 2014, on peut le voir dans le rôle du Dr. Pascal Jodoin dans la série Au secours de Béatrice. En 1998, il fonde le Petit Théâtre du Nord avec sa compagne Louise Cardinal et ses complices Sébastien Gauthier et Mélanie St-Laurent avec qui il partage la direction artistique. C’est lors de cette année qu’il entame sa carrière de professeur de voix et diction, à l’Option-Théâtre du Collège Lionel-Groulx et à l’École nationale de théâtre du Canada. Depuis, il a animé plusieurs ateliers sur l’art oratoire tant auprès des maîtres de l’enseignement que des professionnels du milieu culturel.

    À la demande générale, Luc est de retour avec son Atelier sur la projection vocale qu’il avait donné sur la scène du Théâtre Denise-Pelletier à l’automne 2009.

    • décembre

      • mar 12
      • mer 13
      • jeu 14
  • L’écriture par la poésie de la langue parlée

    Écrire est un acte engagé, un acte de résistance qui ne doit jamais être banal ou anodin. Il faut s'engager dans le geste pour que la parole soit fulgurante et jamais anecdotique. Comment utiliser l'impulsion, l’urgence, l'instinct dans l'écriture, davantage que la tête? Cet atelier d'écriture portera sur la poésie dans la langue orale. Comment bâtir une langue exaltée, lyrique, mais bien ancrée dans la réalité et dans le quotidien d’aujourd’hui ? Apprendre à marier l’épique et le suprême à un discours clair, concret, nécessaire.

    L’objectif est d'apprivoiser le chaos dans le travail, puisque c’est souvent dans l'inconfort que la parole surgit le plus sincèrement. Cette méthode de travail en est une qu’il convient parfaitement d’enseigner à de jeunes étudiants puisqu'elle fait davantage appel à leurs impulsions et à leurs sensations qu’à leur raison et qu’elle fait passer l'imaginaire et la sensibilité devant la réflexion. Cette méthode priorise davantage l’action que l'anticipation.

    Un maximum de 12 participants par journée de formation.

    Réserver

    Crédit: Jean-François Lemire

    Steve Gagnon

    Depuis sa sortie du Conservatoire d’art dramatique de Québec en 2008, Steve Gagnon enchaîne d’importants rôles et s’illustre sur les planches les plus influentes de Québec et de Montréal, notamment dans, L’Asile de la pureté de Claude Gauvreau, Reconnaissance de Michel Nadeau, Ines Péré et Inat Tendu de Réjean Ducharme, Caligula d'Albert Camus, L’Odyssée d’Homère, Moby Dick d’Herman Melville et sur nos planches au TDP dans Commedia de Pierre Yves Lemieux et D’Artagnan et les trois mousquetaires de Dumas. Auteur prolifique et remarqué, on lui connaît les pièces La Montagne rouge (Sang), En dessous de vos corps, je trouverai ce qui est immense et qui ne s’arrête pas, Ventre, Fendre les lacs, pour ne nommer que celles-ci et il est également co-auteur du roman Chaque automne j’ai envie de mourir et auteur de l’essai Je serai un territoire fier et tu déposeras tes meubles.

    • janvier

      • lun 22
      • mer 24
      • ven 26
  • Bases de l'éclairage scénique

    Atelier en deux blocs favorisant une compréhension et une application des notions et des techniques de l’éclairage scénique, en vue d’une meilleure maîtrise des enjeux liés à l’illumination d’un sujet. Au terme de cette formation, les participants seront être en mesure d’anticiper ce que l’éclairage peut apporter à une présentation, en plus de leur permettre de faire des choix judicieux pour magnifier, par l’éclairage, une proposition scénique. 

    1er bloc (théorie) : Apprentissage des techniques et des outils disponibles lors de la préparation d’un projet de lumière scénique. Le but étant de permettre la création d’éclairages en accord avec les sujets présentés, tout en respectant le matériel dont les participants disposent pour mener à bien ces présentations.

    2ième bloc (pratique) : À l’aide d’exemples physiques, exploration à petite échelle de rendus possibles et des impressions pouvant découler des différents types d’illumination utilisés pour une scène :

    - l’éclairage général;
    - les éclairages spéciaux;
    - les effets d’éclairage;
    - les angles d’éclairage;
    - les couleurs. 

    Un maximum de 12 participants par journée de formation.

    Réserver

    Crédit: Pascale Gauthier-D.

    Mathieu Marcil

    Depuis plus de 25 ans, Mathieu Marcil signe les conceptions d’éclairages de plusieurs compagnies de théâtre de Carbone 14 à Omnibus, en passant par le groupe de La Veillée, auprès desquelles il peut explorer son intérêt marqué pour la corporalité des sujets à éclairer. Toujours à l'affût de nouvelles expériences photosensibles, il devient un collaborateur de longue date avec les théâtres Bouches décousues et Le Clou! et exporte même son travail au sein de différents milieux tels que celui du cirque avec Les gens d'R, compagnie qui créa le spectacle Échos présenté à la biennale de Venise en 2000. Depuis ses recherches sur les applications corporelles de l’éclairage en 2013, il s’intéresse au travail de la marionnette. S’il est un mot qui revient constamment dans les descriptions de ses éclairages c’est, sans contredit, sensibilité.

    • mars

      • jeu 22
      • lun 26
      • mer 28