Les Sorcières de Salem

mars 2020

mer 18
jeu 19 Billets
en
ligne
ven 20 Billets
en
ligne
mar 24 Billets
en
ligne
mer 25
jeu 26 Billets
en
ligne
ven 27 Billets
en
ligne
sam 28 Billets
en
ligne
mar 31

avril 2020

mer 1
jeu 2 Billets
en
ligne
ven 3 Billets
en
ligne
sam 4 Billets
en
ligne
mar 7
mer 8
jeu 9 Billets
en
ligne
ven 10 Billets
en
ligne
sam 11 Billets
en
ligne
mar 14
mer 15
  • Avant-première scolaire
  • Mercredis causerie après la représentation
  • Première
  • Rencontre avec les artistes après la représentation
  • Supplémentaire
  • Supplémentaire scolaire

Résumé

Texte
Arthur Miller
Traduction et adaptation
Sarah Berthiaume
Mise en scène
Édith Patenaude
Production
Théâtre Denise-Pelletier

Billeterie grand public

1692, dans le village puritain de Salem, au Massachusetts. Abigail Williams, une jeune servante, entretient une liaison interdite avec son maître, le fermier John Proctor. Lorsque la femme de Proctor découvre leur relation et la chasse, Abigail cherche à se venger. Accompagnée d’autres adolescentes et de Tituba, une esclave, elle se livre la nuit, dans les bois, à des danses occultes. Surprises par le révérend Parris, menacées d’être fouettées ou pendues, les jeunes filles retournent les soupçons de sorcellerie vers d’autres villageois. Vengeance ou maléfice, cette nuit satanique précipite Salem dans l’hystérie. Une machine judiciaire se met alors en branle sous la droiture inflexible du gouverneur Danforth, qui jure d’envoyer les coupables à la potence. Mais qui sont ces coupables ?

Le chef-d’oeuvre de Miller, écrit en 1953 pour dénoncer le maccarthysme et sa « chasse aux sorcières », mord dans ce sujet toujours vif, l’aveuglement des croyances, mais aussi ses conséquences. En 2020, Les Sorcières de Salem soulève aussi de nouveaux questionnements. Comment de nos jours raconter une histoire où des jeunes filles portent de fausses accusations ? Ce récit en serait-il un de renversement des pouvoirs ?

Dans cette adaptation fluide et novatrice de Sarah Berthiaume (Yukonstyle, Nyotaimori) et sous l’œil de la metteure en scène Édith Patenaude (1984, Oslo), la liberté de parole est rendue aux sorcières, mystérieuses et fortes de leur insoumission.

Équipe

Avec
Anna Beaupré Moulounda, Adrien Bletton, Luc Bourgeois, Stéphane Breton, Maude Boutin St-Pierre, Larissa Corriveau, Alice Dorval, Éveline Gélinas, Nora Guerch, Emmanuelle Lussier-Martinez, Etienne Pilon et Mani Soleymanlou.

Concepteurs et collaborateurs

Assistance à la mise en scène et régie  
Alexandra Sutto
Scénographie                             
Odile Gamache
Costumes                                                      
Cynthia St-Gelais
Éclairages                                                         
Martin Sirois
Musique et conception sonore                                      
Alexander MacSween
Stagiaire 
Marianne Loignon

 

Biographies

Les Sorcières de Salem
Crédit: Droits réservés

Arthur Miller Auteur

Dramaturge américain de renom, Arthur Miller est issu d’une famille juive et polonaise. Il est grandement influencé par les travers de la société, qu’il aime exposer dans des pièces accessibles au plus large public. Porté par des idées libérales, il écrit, en 1949, Mort d’un commis voyageur, forte critique du rêve américain, sans doute son plus grand succès, pour lequel il reçoit le prix Pulitzer dans la catégorie théâtre. Avec Les Sorcières de Salem (1953), il s’attaque au maccarthysme des années 1950, dont il fut lui-même victime. Il adapte d’ailleurs sa pièce pour le grand écran, en 1996, pour le film The Crucible de Nicholas Hytner, ce qui lui vaut une nomination aux Oscars. Avec une vingtaine de pièces à son actif, dont Ils étaient tous mes fils, Vu du pont et Après la chute, il dépeint dans son œuvre les cinquante dernières années du 20e siècle aux États-Unis, et s’impose comme une figure incontournable de la dramaturgie américaine.

Les Sorcières de Salem
Crédit: Hugo.B.Lefort

Sarah Berthiaume Traduction et adaptation

D’abord formée comme comédienne à l’École de théâtre professionnel du Collège Lionel-Groulx, Sarah Berthiaume est aussi autrice et scénariste. En 2013, sa pièce Yukonstyle a été montée simultanément au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui à Montréal et au Théâtre national de la Colline à Paris, avant d’être produite à Bruxelles, Innsbruck, Heidelberg, Toronto, Rome et Beyrouth. Yukonstyle a aussi valu à Sarah d’être lauréate du Prix Sony Labou Tansi des Lycéens 2015. Elle travaille présentement à son adaptation cinématographique. Sarah était aussi de l’équipe du iShow, un spectacle performatif sur les médias sociaux qui a remporté le titre du meilleur spectacle aux prix de la critique saison 2012-2013 à Montréal. Sarah est l’autrice des pièces Le Déluge après, Disparitions, Villes Mortes, Nous habiterons Détroit, Nyotaimori et Antioche, qui était à l’affiche de la Salle Fred-Barry en novembre 2017. Elle est également collaboratrice à l’émission Plus on est de fous, plus on lit! sur les ondes d’Ici Première, où elle assume, avec Alain Farah, le segment Écrivains sur le terrain.

Les Sorcières de Salem
Crédit: Éva-Maude TC

Édith Patenaude Mise en scène

Finissante du Conservatoire d'art dramatique de Québec en 2006, Édith Patenaude s’est aussitôt lancée dans la création. Elle développe l’écriture avec, entre autres, Les Arbres, Barbe Bleue, Le monde sera meilleur et cosigne la création Disparaître Ici; tâte de la direction artistique en étant à la barre des Écornifleuses pendant 10 ans et du Jamais Lu Québec 3 ans; joue régulièrement, que ce soit dans Ines Pérée et Inat Tendu, Selfie, Tout ce qui tombe, Scalpée, etc.; mais c’est la mise en scène qui devient son terrain de jeu de prédilection, qu’elle développe entre Québec et Montréal, en passant par d’autres villes canadiennes et européennes. Elle participe notamment à la création du Ishow, codirige Post Humains, se lance dans l’adaptation du sanglant Titus et s’attaque à l’épique Oslo. Pour son travail de mise en scène, elle a été récompensée du Prix des Arts et de la Culture de Québec pour L’Absence de guerre, du Prix de l’Association québécoise des critiques de théâtre pour 1984 (à Québec) et pour Mes enfants n’ont pas peur du noir (à Montréal).

Les Sorcières de Salem
Crédit: Alexandre Trudeau

Anna Beaupré Moulounda Tituba

Anna Beaupré Moulounda termine des études à l'École de théâtre du Cégep de Saint-Hyacinthe en 2002. Elle travaille depuis comme comédienne (Le Club Mel, 100% local, 14 millions de choses à savoir). Elle fait ses premiers pas en humour en 2013 en joignant le collectif humoristique Les Femmelettes. Forte de cette expérience, elle présente son premier one-woman-show Faite au Québec en 2018. Aussi auteure, elle joue sa première pièce de théâtre, Sans pays, dans plusieurs villes au Québec. Elle codirige Parrêsia compagnie de création. Leur premier spectacle, Happy hour, sera présenté à l’automne 2019.

Les Sorcières de Salem
Crédit: Maxime Côté

Adrien Bletton Thomas Putnam et Ézechiel Cheever

Dès l’âge de 7 ans, Adrien Bletton fait ses débuts dans le milieu théâtral et musical. En 2005, il suit une formation au Cours Florent à Paris pour ensuite obtenir son diplôme de l’École nationale de théâtre du Canada en 2010. Depuis sa sortie, nous avons pu le voir, entre autres, au théâtre dans Le Dindon et L’Opéra de quat’sous au TNM ainsi que dans Trois au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui. Il est aussi de la distribution des pièces On ne badine pas avec l'amour et Le songe d'une nuit d'été, toutes deux au Théâtre Denise-Pelletier.

Il enchaîne les rôles au petit écran dans Toute la vérité, Tout sur moi, L’auberge du chien noir ainsi que dans Trauma où il incarne le résident Marc-André Campeau. Il est également de la distribution de Conseils de famille et Victor Lessard. En plus du théâtre, de la télévision et du cinéma, il prête sa voix à de nombreux projets en doublage et surimpression vocale. Il est aussi violoncelliste et auteur-compositeur pour le groupe Gustafson. 

Les Sorcières de Salem
Crédit: Andréanne Gauthier

Luc Bourgeois Révérend JOHN HALE

Véritable homme de théâtre, Luc Bourgeois a participé à plus d’une cinquantaine de productions. On a pu le voir dans les pièces Rhinocéros, Les Jumeaux vénitiens, Dr. Jekyll et Mr. Hyde et Villa Dolorosa. Plus récemment, il s’est retrouvé sur les planches dans Cyrano de Bergerac, Les Trois Mousquetaires, Le Misanthrope, Glengarry Glen Ross, La cantatrice chauve, Harold et Maude et Impromptu. Dans la dernière saison, il s’inscrit aux distributions des pièces Fanny et Alexandre et Oslo.


Au cinéma, on l’a vu dans La Neuvaine de Bernard Émond, alors qu’au petit écran, il s’est imposé en télévision jeunesse par le biais des émissions Tactik et Macaroni tout garni. Il a incarné le coloré Docteur Pascal Jodoin dans la populaire série Au secours de Béatrice.

Directeur artistique et cofondateur du Petit Théâtre du Nord, Luc Bourgeois enseigne la voix et la diction à l’École nationale de théâtre du Canada.

Les Sorcières de Salem
Crédit: Éva-Maude TC

Maude Boutin St-Pierre Betty Parris

Diplômée en jeu du Conservatoire d’art dramatique de Québec en 2018, Maude se démarque par la diversité des productions théâtrales auxquelles elle participe dès sa sortie de l’école. Elle navigue entre le théâtre pour enfants (Les galoches du bonheur), le théâtre d’été (Adieu beauté) et Shakespeare (Le Songe d’une nuit d’été), en plus de développer sa première création multidisciplinaire (Untouched Land alias toi pis ta solitude en sachet déshydraté), présentée au Théâtre Premier Acte en mars 2019. Parallèlement à ces productions, elle collabore aussi à plusieurs lectures et laboratoires, entre autres au Jamais Lu Québec et aux Chantiers / Constructions artistiques dans le cadre du Carrefour international de théâtre de Québec. En septembre 2019, elle sera de la distribution du Cercle de craie caucasien de Bretch, présenté au Théâtre du Trident. 

Son processus artistique est influencé par la multidisciplinarité; elle est cofondatrice du BAM [Bouillon d’art multi], de Les Bambines, un collectif de création qui allie le cirque, le théâtre et la musique, ainsi que du collectif féministe Les Reines. En plus de s’initier à la production à travers ses différents collectifs, Maude touche aussi à l’assistance à la mise en scène au Théâtre La Bordée (Rotterdam). 

Les Sorcières de Salem
Crédit: Marjorie Guindon

Stéphane Breton Révérend Parris

Stéphane Breton a campé des rôles marquants, tant au théâtre qu'à la télévision et au cinéma. Comment oublier son interprétation de Alain dans le film Camion de Rafaël Ouellet, puis celle de Rivard dans le film Québec-Montréal de Ricardo Trogi.

Gagnant d’un prix Gémeaux pour son rôle de Bruno dans la télésérie Le Négociateur, Stéphane a pris part à plus d’une vingtaine de productions télévisuelles, passant entre autres des dramatiques District 31, Nouvelle adresse, Mensonge, Mon meilleur ennemi, aux comédies telles que Les Invincibles, LOL, Tu m'aimes-tu, La grande bataille.

Le public jeunesse le connait, quant à lui, pour ses rôles dans Il était une fois dans le trouble, Pierre l’eau, Ramdam et plus récemment dans Le chalet.

On l’a vu sur plusieurs scènes montréalaises défendant aussi bien les oeuvres classiques que contemporaines: Le tour du monde en 80 jours, Le Balcon, Le Bourgeois gentilhomme, Les Précieuses ridicules, La Serva amorosa, Tartuffe (TNM), Une partie avec l'Empereur (Théâtre Duceppe), Blue Bayou (Théâtre d’Aujourd’hui), Swimming in the shallow (Espace GO), Poe (Théâtre Denise Pelletier), Le bizarre incident du chien pendant la nuit (Théâtre Duceppe), L'homme éléphant (Théâtre du Rideau Vert, en tournée au Québec) ainsi que dans une vingtaine de comédies d'été.

Les Sorcières de Salem
Crédit: Andréanne Gauthier

Larissa Corriveau Ann Putnam et Suzanna Walcotts

Larissa Corriveau est une artiste inclassable. Actrice, auteure et réalisatrice, elle s’illustre sur la scène théâtrale montréalaise où elle a joué pour Marie Brassard (La fureur de ce que je pense / Beat Attitude),  Alice Ronfard (Candide ou l’Optimisme), Brigitte Haentjens (Richard III / L’Opéra de quat’sous), Catherine Vidal (Je disparais), Florent Siaud (Toccate et fugue), Marie-Ève Milot (Chienne(s)), Olivier Kemeid (Les manchots),  Alexandre Marine (La Cerisaie), Philippe Ducros (L’Affiche / Eden Motel), Oleg Kisseliov (Emily Dickinson), Emmanuel Schwartz (Nathan) et plusieurs autres.

En 2019, elle fait une entrée remarquée au cinéma dans le film Répertoire des villes disparues de Denis Côté (compétition officielle, 69e Berlinale); son interprétation de la fragile et mystique Adèle est unanimement saluée par la critique, qui la nomme « révélation du film ».

Appréciée pour sa polyvalence et sa solide technique physique, elle collabore également avec des chorégraphes et performeurs de la scène montréalaise, dont Estelle Clareton et Geneviève La.

Finaliste du prix Arthur Rimbaud de la Maison de Poésie de Paris (2007 et 2008) et du Prix de poésie Radio-Canada (2011), ses poèmes ont été lus dans de nombreux événements et publiés dans des périodiques littéraires à Montréal et à Paris.

Larissa est également fondatrice de la maison de production La Demeure où elle scénarise, réalise et produit des courts métrages et des vidéoclips présentés dans plusieurs festivals à travers le monde.

Elle a également fait quelques apparitions à la télévision dans Plan B, Léo, Marche à l’ombre et Unité 9.

Les Sorcières de Salem
Crédit: Maxime Côté

Alice Dorval Mary Warren

Dès sa sortie de l’École nationale de théâtre du Canada en 2019, Alice Dorval a le privilège de jouer sous la direction de Denis Marleau et Stéphanie Jasmin dans le « happening » théâtral Soifs/Materiaux, tiré des romans de Marie-Claire Blais. Présentée au FTA en juin 2019 et reprise à l’hiver 2020 à Espace Go, cette pièce fleuve regroupe plus d’une vingtaine de comédiens et musiciens. Alice sera ensuite dirigée par René Richard Cyr dans la pièce Disparu.e.s (August: Osage County) de Tracy Letts, au théâtre Jean-Duceppe en octobre 2019.

Elle possède un intérêt marqué pour la mise en scène et l’analyse de texte, ce qui la pousse à écrire puis à diriger, à l’été 2016, un spectacle sur la vie et l’œuvre du poète Saint-Denys Garneau, dans le cadre du Festival Fringe de Montréal. Elle travaille actuellement à l’adaptation de la nouvelle Le Horla de Maupassant dans un projet de théâtre communautaire en milieu scolaire.

 

Les Sorcières de Salem
Crédit: Julie Perreault

Éveline Gélinas Élisabeth Proctor

Diplômée de l’École nationale de théâtre du Canada en 2002, artiste multidisciplinaire, elle incarne avec grand succès des rôles à la télévision, au théâtre, au cinéma et également en voix par le doublage.

Avant même sa sortie de l’École nationale, elle décroche le rôle de Geneviève Emery dans Les Parapluies de Cherbourg, dans une mise en scène de René Richard Cyr. La suite est éloquente : Les Fourberies de Scapin, mise en scène par Yvon Bilodeau, Le Peintre des madones, dans une mise en scène de Serge Denoncourt, Une ardente patience (Éric Jean), Don Juan (Lorraine Pintal), Pour faire une histoire courte (Frédéric Blanchette) et L’homme de la Mancha (René Richard Cyr) en 2002, 2005 et 2009, pièce qui sera d’ailleurs présentée à nouveau en 2019 au Théâtre du Rideau Vert. Elle était également de la distribution de L’Opéra de quat’sous (Robert Bellefeuille), présenté au TNM en 2010, du Chant de Sainte Carmen de la Main (René Richard Cyr) en 2013-14 et également de Dissidents mis en scène par Patrice Dubois à Espace Go en 2012, avec qui elle a eu le plaisir de retravailler en 2017 dans Le Déclin de l’empire américain. Enfin, elle était de La fête sauvage, dans une mise en scène de Véronique Côté, spectacle en chansons présenté au Théâtre de Quat’Sous en 2015, sans oublier Des Arbres (Benoit Vermeulen) en 2018 à la Manufacture et le grand classique Les Belles-Sœurs en 2018-2019, de nouveau sous la direction de René Richard Cyr.

Côté cinéma, Eveline est finaliste comme meilleure interprète – rôle de soutien aux prix Génie pour son interprétation dans Ce qu’il faut pour vivre, un film de Benoît Pilon. Elle est aussi de la distribution des films La neuvaine et Contre toute espérance de Bernard Émond, puis dans Le sens de l’humour d’Émile Gaudreault, où elle tient le rôle de l’attachante Julie.

On a eu la chance de la voir à la télévision à maintes reprises dans Jamais deux sans toiLes Héritiers Duval, L’Ombre de l’épervier de Robert Favreau, Ent’Cadieux, François en série, Apparences, Ruptures et, durant plusieurs années, L’Auberge du chien noir. C’est d’ailleurs pour son rôle de Charlène dans cette dernière production qu’elle s’est mérité une nomination au Gala des prix Gémeaux en 2014 dans la catégorie Meilleur rôle de soutien féminin  téléroman. Elle fait aussi partie de la distribution de Victor Lessard II en 2017.

Les Sorcières de Salem
Crédit: Annie Éthier

Emmanuelle Lussier-Martinez Abigail Williams

Emmanuelle interprète Nina Gomez dans la série Faits Divers et Lucy dans la sitcom jeunesse Les Sapiens, toutes deux diffusées à ICI Radio-Canada Télé. Elle est Françoise Chaput dans la dernière saison de L'Échappée, à TVA. Vous la reconnaîtrez aussi dans la série américaine Jack Ryan, sous les traits de Teresa.
 
Au cinéma, Emmanuelle s'est illustrée dans Les mauvaises herbes de Louis Bélanger ainsi que dans Ceux qui font les révolutions à moitié n'ont fait que se creuser un tombeau, réalisé par Mathieu Denis et Simon Lavoie.

Au théâtre, elle était de Tu te souviendras de moi (François Archambault), Le Manifeste de la jeune fille (Olivier Choinière), Petite Sorcière (Pascal Brullemans) et Hurlevents (Fanny Britt). Emmanuelle est diplômée de l'Université d'Ottawa, du CADM et de l'École supérieure de ballet contemporain.

Les Sorcières de Salem
Crédit: Sergio Veranes

Etienne Pilon John Proctor

Depuis ses débuts, Etienne Pilon a travaillé avec plusieurs metteurs en scène chevronnés. On l'a vu au Centre du Théâtre d'Aujourd'hui en duo avec Maude Guérin dans Après, la dernière création de Serge Boucher, sur la scène du TNM dans Caligula mis en scène par René Richard Cyr, au Théâtre La Licorne dans la pièce Filles en liberté, puis au Théâtre Denise-Pelletier dans Le songe d'une nuit d'été.

Etienne a fait ses débuts au petit écran dans la télésérie Nos étés, sous la direction de Francis Leclerc. Nous avons ensuite pu le voir dans La Promesse ainsi que dans Destinées. Il jouait récemment dans Feux, dernière télésérie de Serge Boucher réalisée par Claude Desrosiers, et dans Mémoires Vives. Au cinéma, il a fait partie des derniers projets du coloré réalisateur Olivier Godin, dont Nouvelles, Nouvelles et Les arts de la parole. On l’a vu également dans Mes ennemis de Stéphane Géhami, présenté dans le cadre du FFM 2015, et dans Le rang du lion de Stéphan Beaudoin.

Les Sorcières de Salem
Crédit: Maude Chauvin

Mani Soleymanlou Juge Danforth

Depuis sa sortie de l'École nationale de théâtre du Canada en 2008, Mani Soleymanlou est très actif sur la scène montréalaise. En 2011, il fonde Orange Noyée, une compagnie de création théâtrale, avec laquelle il écrit, met en scène et joue UN, DEUX et TROIS. L’intégrale de sa fabuleuse trilogie a été présentée à Paris au printemps 2017, en compagnie de 40 interprètes. En 2015, Mani entame un nouveau cycle de création en montant et en écrivant Ils étaient quatre et Cinq à sept, suivis de Huit et de Neuf (Titre provisoire).

À l'écran, on a pu le voir dans les séries Marche à l'ombre, En famille, Hubert & Fanny et Lâcher Prise. Il est également de la distribution du long métrage Malek réalisé par Guy Édoin et de La femme de mon frère, un film de Monia Chokri.

Espace prof

Durée

À venir

sans

Entracte

Billeterie grand public
Besoin de plus de renseignements?

Contactez nos Services scolaires au 514 253-9095 poste 224 ou par courriel

Lundi au vendredi - 9h à 17h

Préparer votre sortie

Le TDP vous propose...